mardi 14 octobre 2008

Lu nulle part

T'aurais pas lu un article récent liant vaguement crise financière et écologique ?

Parce que moi, non, et pourtant, je suis quand même un peu...

La crise financière démontre l'absurdité du système dans lequel elle intervient : de 'enrichissement sur les chances futures de richesse.

La crise écologique elle aussi découle d'une absurdité logique : la production de richesses ne peut se faire à l'infini, puisque la matière première, c-a-d la Terre, est un produit fini. Même en comptant ses habitants, forêts, animaux.

Dans les deux cas, le problème est qu'une communauté de décideurs se représentent le monde sous la forme d'un mélange de roulette et de excel.

Une idée, ce serait d'avoir une assemblée, un pool, un mégalojury de citoyens, de non-spécialistes, dont le rôle serait de définir, problème par problème, ce qui est pragmatique, terre à terre, ou ce qui sort de l'usage simple de la raison. A tant de % de "je n'ai pas du tout compris pourquoi telle partie de la société fonctionne comme ça", une raisonnabilisation du problème serait demandée. Le mégalojury n'étant pas compétent pour définir cette politique, simplement pour définir le moment où elle perd toute logique.

En fait, ce serait mettre du Illitch dans la perception du monde. Si suels quelques spécialistes peuvent accéder à tel savoir ou telle technique, alors elle ne peut logiquement pas servir tout le monde, elle doit donc être perfectionnée.

2 commentaires:

Léon a dit…

quel bol d'air tes pensées ! une véritable récréation spirituelle pour le truc entre les deux oreilles..
dis moi à propos ton psy d'un jour qui n'a pas voulu te donner le bol de lait il était parfait il me semble..qu'est ce que tu en penses toi finalement après décantation ?

Siestacorta a dit…

Heu, étant donné la qualité du post commenté, limite je le prend mal :-)

Sinon, la décantation continue. je pense que ce psy a raison, qu'arrêter de croire au père noël sera reposant et plus gratifiant.

Evacuer les faux espoirs n'est pas trop difficile. Pour ce qui est d'aimer ce que je suis, tel quel, et chercher du boulot sans broyer du noir ou flipper, c'est en cours. Mais le concret n'est pas encore assez massif pour que je puisse l'analyser.

Je raconterai...