jeudi 7 janvier 2016

And I try, and I try...

Quand j'arrêterai d'avoir plusieurs déceptions d'avance, je serai probablement plus facile à vivre.
Mais une frustration qui ne serait pas la norme, ce serait accepter qu'elle me prenne au dépourvu... Et ce qui arrive quand elle est inattendue, c'est qu'au "moment de s'y croire", on se retrouve avec une preuve que la foi était insuffisante, et pourrait bien le demeurer.

Parce que c'est déjà difficile à avoir, une foi, en quoi que ce soit. Déjà, un idéal qui ne soit ni niaiserie ni déni de soi, puis être dedans sans que ça dépareille trop ; puis que ça dure malgré les doutes. Si on se fait décevoir ou frustrer par surprise, faut pas que ça tombe. Donc assez haut, assez fondé, et assez intime pour que ce soit encore vrai malgré les contradictions. "Dur comme un mortier de sang".

1 commentaire:

Hélène Foucart a dit…

Salut

Ça me fait bizarre de t'écrire ça, et je ne suis pas spécialiste du sujet, mais tu fais partie d'une certaine catégorie de gens. En tout cas, ça colle. Cette catégorie, il faut la définir avec précaution et je ne suis pas psy, mais selon les cas, on parle de certaines formes d'autisme, de surdon... Il y a un forum pour ça, les zèbres. Enfin, je crois, et ça colle. je ne suis personnellement pas d'accord avec toutes les définitions, je n'aime ni autisme, ni surdon, ni TDAH (dans l'acceptation canadienne), mais il s'agit bien, je pense, d'une disposition neurologique contre laquelle il est difficile de lutter. La différence de ressenti neurologique crée des relations bizarres avec les autres, du coup, un éloignement, un rapport aux autres problématique se crée, pas avec tous les autres, mais par exemple en société, comme tu dis... Et ensuite on glisse dans un mal être sournois, insidieux... Il me semble - je dis bien il me semble- que nommer els chsoes et comprendre que l'on a un fonctionnement neurologique particulier aide, et peut être aussi qu'il y a des moyens de surmonter - je n'en suis pas sûre. je suis comme cela, mais j'ai eu de la chance, alors j'ai un peu surmonté tout ça, mais pas très bien, juste un peu. Voilà pourquoi ton blog résonne en moi. J'espère que ça va en ce moment.