jeudi 19 février 2009

Loulou

Tu sais, Loulou, ton papa n'est pas très doué.
Il a pas toujours la tête à l'envers, mais très souvent.

J'espère que ça te va, comme on se voit. Je ne suis là que deux soirs par semaine... Une après-midi, par-ci par-là.
Ca fait pas beaucoup, beaucoup... Et en plus, des fois je suis fatigué.
Mais si tu savais comme je veux que ce soit bien. Que tu sois bien.

J'ai un peu oublié ce que c'était d'être petit, et je sais pas être grand pareil que maman. Mais je suis content. Content de t'entendre parler, de te voir apprendre des choses, jouer... Je suis content quand tu m'écoutes te raconter une histoire du soir. Je suis content d'être ton papa.

J'ai voulu être ton papa dès le début. J'ai voulu que tu aies une très bonne maman. J'ai pas fait tout ce que font les papas, mais j'ai fait très attention de faire des choses biens.
Il y a des choses que je fais pas si on me le demande pas. Pourquoi il faut que tu me demandes ? C'est compliqué... Je peux te dire que je suis un monsieur timide mais pas peureux, alors tu pourras me demander beaucoup...

Je sais pas si on se parlera facilement, tous les deux. Je l'espère, vraiment très fort. J'ai parfois du mal à commencer à parler, et après je parle un peu trop bien, comme si je lisais.
Mais même si on y arrive pas, même si un jour tu penses que je suis un monsieur bête... Je voulais te dire que je suis heureux avec toi. Que tu es la plus géniale des petites filles. Même si je suis pas toujours là, pas facile à voir... Je suis là, dans le coin, et quand je peux, je te tiens la main.

J'ai plein de choses et de gens à te montrer... Comme je suis un papa planeur, c'est un peu long à venir. Mais promis, je te montrerai tout ce que je peux.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Comme quoi c'est beau un papa, même imparfait. Et dieu sait si je m'y connais en papa imparfait!
De "Biscotte", comme disait son papa

Benjamin L a dit…

Ce qui me touche dans ce billet, c'est la manière dont tu admets ta faillibilité, avec une force de sentiment qui transforme en force cette faiblesse.

Ça ne me semble pas à la portée de tout le monde.