lundi 4 avril 2011

4 jours de régime

Oh, c'est sympa ma bonne résolution, mais faut prendre des notes, hein, et quand le retard s'accumule, tu prends chers.

Alors...

Morceaux de biscuits du 30 mars :
- avoir pris RV avec médecin. Non, c'est important, vu qu'il y a encore deux mois, j'existais pas tout à fait pour la sécu. Donc avoir un médecin traitant qui te renouvelle tes ordonnances courantes et qui peut te diriger vers un ophtalmo sans que t'aies à te priver de la moitié de ton RSA, oué, je compte ça comme un bon gros plaisir.
- dealé avec kapuchette pour compenser les fois où on avance pas dans les séries TV qu'on regarde ensemble.
- écrit à Momo mon grand complot pour faire tomber le capitalisme avec un clavier de minitel
- mail de la Grande Souris, grand bain de câlins et chabadabadas

1er avril
- égorgé un financier du côté de la Défanse. De temps à autres, ça soulage.
- suvi le mini-défilé masqué scolaire de môfifille (déguisée en tintin cosmonaute. Vérifier si ce côté sélénite est un hasard ou un atavisme). Je suis mal rasé, je suis un père satellitaire, mais je suis un père pas si absent et probablement mieux aimant que plein de têtes à claques familiales roulant en tutures à 5 banquettes. J'emmerde les parents des camarades de classe de ma fille, tiens. Déjà un parent d'élève, c'est conservateur par nature. A l'époque 5 fruits et légumes par jours, fume pas à l'intérieur et travaille plus pour consommer plus, c'est encore moins bien parti pour la rigolade. Mais alors un parent d'élève du 7ème arrondissement... tu crois que  que c'est un truc caricatural dans les Triplés du Figaro, et en fait, non, ça existe en vrai. Je savais, d'ailleurs, je les ai connu en pension, au lycée, avant qu'ils se reproduisent (probablement par le truchement d'un excès de Malibu dans un rallye ou dans une soirée de grande école sponsorisée par Barbour). Même pas le bon goût d'être décadents.
- découvert le concept épicurien d'utilitarisme. Apparemment c'est un truc un peu trop ouvert aux instincts égoïstes pour que j'adhère à fond, mais une théorie qui juge plus les actes sur leur conséquence que sur leur nature ou leurs motivations, j'aime...

2 avril :
- un diabolo menthe en terrasse avec Kapuchette, qui ne me reproche pas un retard pourtant bien bête...
- après une soirée avec les polyamoureux, rejoindre la couche de la Grande Souris... Sortir sans sa copine ne mène pas en Enfer.

3 avril :
- de la bionade à la world bobo-supérette à côté de chez la Grande Souris. Un soda bio, pas trop sucré... Le rêve pour quelqu'un comme moi qui a du mal à boire de l'eau à table.
- les amis de la Grande souris qui sont venus tester en aveugle ses pâtisseries... Alors, vedge ou pas vedge les gâteaux ? Ben le cake citron-citron classique est meilleur que son pendant vedge, mais en chocolat et en pain brioché, c'est les vedges qui gagnent. En même temps, c'est pas pour râler, mais le pain vedge il triche, il a de la compote dedans.
- une expérience sexuelle limite psychédélique avec du stilnox. C'aurait probablement été un moment d'anthologie si j'avais pas aussi à moitié-dormi en même temps... Hahem, ce qui est prévisible avec le stilnox, tu me diras. Mais bon, heu, c'est l'intention qui... non ? D'accord.

4 avril :
- un mail marathon comme j'en fais plus beaucoup, avec tout dedans, du perso, de la philo, des sentiments et de la tendresse, bordel.
- le roman SF de Pagel "L'équilibre des Paradoxes", grand fourre tout foutraque, avec des enquêteurs de roman détectivo-gothique et des voyageur dans le temps. Et juste assez de bon petits plans "les gauchistes dans l'Histoire de France" pour se sentir en bonne compagnie, .
- des spaghett au pistou.

4 commentaires:

Marie-Georges Profonde a dit…

C'est rigolo, on s'est jamais croisé aux soirées poly j'crois bien. (Bon jdis ça, là j'y vais plus trop.) Mais c'est rigolo. parce que à l'époque (y'a de ça ouuuh !), j'avais atterri sur ton blog sans savoir :
- que tu étais poly
- que je l'étais.
Je compatis sur le chapitre parents du 7è arrondissement.

Siestacorta a dit…

Lily ?

Siestacorta a dit…

Lilie, en fait ?

Marie-Georges Profonde a dit…

- Lilie ? C'est toi là-bas dans le noir ? - (grosse voix) Beh nan, c'est Marie-Georges... Mais bonjour à Lilie quand tu l'auras retrouvée ;)