mardi 10 mai 2011

- La lesbienne invisible au (petit) Théâtre du Gymnase. Frais, malin, méchant comme il faut.
- plan canapé devant MotherFucker de Foresti
- partir avant l'arrivée de la commande sur un terrasse des Grands Boulevards. Nan, 20 minutes d'attente alors que la serveuse est passée plusieurs fois les mains vides... Apasse pas. Le vrai morceau de biscuit, c'est de voir arriver nos commandes de loin. Et l'air un peu étonné de la serveuse... je sais pas si c'est elle ou le barman qui se fait emmerder dans ces cas-là ? Toujours est-il que la patience, ça s'entretient avec ce la politesse. Tu fais même pas signe ? Je te zappe aussi. Principe de l'échange équivalent. Nous on s'en foutait, on a bu autre chose ailleurs (BIONADE sureau !!!).
- câlins, érotisme discret, baisers mordus.
- des burgers végétariens au curry. Miôm et pas cher chez franprix.
- après mon rv de papa qui s'implique avec l'instit de Loulou, j'ai pu parler à coeurs ouverts sur le sujet, et quelques autres, avec Ricqueta.
- grâce à Kapuchette et à son pom-pom Bro', grand déblayage de mon salon. Mon chez moi est en phase de devenir un endroit , je dirais pas accueillant, mais non-toxique. Je pourrai bientôt y recevoir des gens. Dont ma fille, qui n'a jamais vu où j'habite depuis que j'ai déménagé du XVIIème. Mon morceau de plaisir expectatif est dans l'approche de ce retour à une situation moins "néfaste par absence".
- justement Kapuchette va cohabiter  avec moi quelques temps. Et Kapuchette, elle est trop chouette. Pis ça me fait plaisir qu'on compte sur moi... Pas de retour de flamme en vue, c'est pour la dépanner : elle quitte l'appart' de son ex, donc elle prend un temps pour économiser un peu et chercher sans rester dans les environs d'un type qu'elle a du mal à voir quotidiennement...
- ce "biscuit" là est double (voir triple si on compte le déblayage), parce que j'ai pu parler de cette situation à la Grande Souris... No clash, pas de prise de chou,, on continue le love ! Ca c'est du grand bon moment de non-exclusif. Et même, on va s'arranger pour qu'elles se rencontrent, histoire de démystifier et décloisonner. Ma vie a les fenêtres ouvertes. Et c'est pas encore l'été.


Biscuits frais d'hier
- le Fluide.G,  le pendant fémino-sexy de Fluide Glacial, dont un fou rire sur la BD "première fois de Françoise" p56, et un autre sur le Grouiiiiik de Maïa Mazaurette. Note : je crains, je CRains, je CRAINS, que Fluide.G ne garde pas assez de "décalage féminin" par rapport à d'autres facettes comiques plus communes. J'aime les fille à Trash, humour vache, sexypragmatique, délires mégaloparano jusqu'à l'absurde... Il y en a, mais la frontière avec les blagues hétérobeaufs, les gloussements de meufs qui sont trop contentes de dire "bite" et  "sextoy", et les papiers "ben ça passera dans ELLE d'ici 4 ans"... poreuse la frontière. Ca peut être l'autre versant. Par contre, je suis super content de la petite imagerie BDSM discrètement récurrente. Je sais pas de qui elle vient, de Mazaurette ou d'autres, mais ça me plait d'en voir dans un contexte non-ridiculisant...
- les gâto chocolatés à chantilly de soja. Nan mais chantilly de soja de la Grande Souris, ça décorne les boucs, les boeufs et les rhino.
- arf, rechoppé l'émission de Taddeï sur la free replay, je croyais qu'ils l'avaient déjà sucré des programmes. Rassuré, même si je crains que ça passe pas l'été. Sur la mort de Ben Laden,  j'ai trouvé Villepin intéressant ! Lyrisme pré-électoral, certes, probablement emballage pour la real-politik, mais "vision" des relations internationales.  Et Marc Edouard Nabe puant mais puissant et punchy... Et petit passage de Norman Spinrad, moins brillant mais ça fait toujours plaisir.

1 commentaire:

Marie-Georges Profonde a dit…

Vlà qu'ils vendent des burgers veggie au Franp' ? Moi qui venais juste de commencer à les boycotter...