jeudi 16 avril 2009

Quand je dis

"vous êtes en train de me perdre" (précédente entrée)...
L'inversion des sujets de l'énoncé est conscient. La conclusion sur la course et l'endurance est d'autant plus triste.
Mais explicitons : exemple typique, aujourd'hui, j'ai dormi tout le jour. Comme Saez, sauf que ma gueule en jeunesse de France, ça va pas le faire. Et du coup, je suis trop tard pour aller voir ma fille.
Bravo.
Clap-clap.
Con.

Je suis à la traîne. Bordel : en ce moment, je suis complètement perdant face à l'inertie.

2 commentaires:

Fabien a dit…

Juste un petit salut amical en passant.

ln a dit…

Là !
Malgré tout malgré toi