jeudi 26 juin 2008

Le camp des méchants

Journal

Ca va ça vient... Je réponds sans conviction à un nombre réduit d'annonces, j'ai la plupart du temps pas envie de me remettre au turbin. Comme j'ai un moral plutôt bas, je m'emmerde, et ne profite même pas de mon temps libre. Le chômage blues normal, quoi.


Drift-Raff

Tu connais la Nouvelle Droite ?

C'est un groupe ou mouvement intellectuel. Ca doit peser à peu près pareil que Socialisme ou barbarie à gauche.
J'ai découvert ça dans la revue Elements, elle même issue de l'association GRECE.

Tout ce petit monde a un passé pas éloigné de l'extrême droite, et certaines idées sulfureuses, comme l'ethno-différencialisme font sortir les dents des gens du camp des gentils.
Mais voilà. La Nouvelle Droite serait aussi anticapitaliste, antiraciste, anticatho... De fait, droite, gauche et médias consensuels les détestent équitablement.
Il s'agit plutôt d'une boîte à d'idées dé-labellisées, dont Alain De Benoist serait le mécano principal.
On trouve un goût un peu conservateur pour l'histoire, des appels du pieds vers la gauche altermondialiste, des références un peu rosicruciennes, et surtout, de la bonne culture bien consistante comme on en trouve plus hors des revues destinées aux enseignants-chercheurs.

Aveu : je suis séduit par ces travaux.
Ces idées sont lyriques... Et ça manque tellement. Ce n'est pas un hasard si dans le passé tourmenté de la Nouvelle Droite on croise le réalisme fantastique de Pauwels, et autant de questionnements sur le religieux. Mon moulin à moudre le paranormal et le plus grand que nature y trouve du grain.
Ca c'est la raison "honteuse".

La raison présentable, c'est que ce corpus d'idées bouillonne plus que le plat pays de l'égalitarisme. Et qu'il a 100 bornes d'avance sur les idées politiques débattues ordinairement. Voilà pourquoi je préfèrerai toujours cent fois lire Dantec ou Vaquette à Val ou Onfray (tous référents plus classiquement gauchisss). Même si en pratique, je vis plus proche des médiocre seconds, l'emballement violent des premiers me stimule bien autrement.
Pour moi, la Nouvelle Droite, c'est plus intéressant à écouter que les discours ordinaires du camp des gentils. Je serai ravi de trouver un équivalent de mon côté : ce qui se publie à gauche est déprimant, castrateur, catéchisant, ou d'un républicanisme dont l'idéalisme dissimule mal un élitisme réactionnaire simpliste.

1 commentaire:

Marie-Georges Profonde a dit…

Alors là, moi je distingue qualité d'écriture, rhétorique d'une part, pertinence des idées d'autre part. Pour moi, Finkielkraut est à la fois un merveilleux rhéteur et un bas du front en politique. Je ne me lasse pas de l'écouter pour la forme, tout en vomissant le fond réactionnaire.
Après, je ne connais pas les auteurs "nouvelle droite" (oxymore ?) que tu cites. Mais y'a comme qui dirait des mots qui me grattent dans cette expression :))